PASCALE GILLE

danseuse / pédagogue (1972) 

 

Après un Diplôme en danse classique et contemporaine du conservatoire de Grenoble, Pascale poursuit  sa formation au sein d'EDDC (European Dance Developpement Center) à Arnhem (nl). Elle s'inscrit dans le courant de la Post Modern Dance, et se forme aux nouvelles danses et aux techniques somatiques comme le BMC avec Bonnie Brainbridge Cohen et l’Alexander Technique avec Eva Karczag. Elle s’intéresse aux procédés artistiques d’Anna Halprin, Simone Forti, Eva Karczag, Julyen Hamilton , Soto Hoffman avec qui elle se forme et elle collabore avec le musicien Barre Phillips. En 96  elle rencontre Nancy Stark Smith et commence à pratiquer  le Contact-improvisation puis en 2012  elle  co-construit   un contexte de transmission appelé Jam Colors.

En 2001  Pascale rencontre l’œuvre ouverte du Tuning score et tombe amoureuse de cette approche de la danse. Étudiante, assistante puis collaboratrice de Lisa Nelson, elle plonge dans cet art de la performance et ne cesse d’ouvrir de nouvelle compréhension. Elle archive certains laboratoires, danse avec  « The Ensemble Observatory » et le « Tuning Brussel Band » et développe une danse impliquant : le rôle des sens, l'organisation du regard en lien avec la kinesthésie profonde, les comportements et la façon dont ils soutiennent l’expérience, l'apprentissage de stratégies pour rediriger les automatismes acquis et le montage (comme au cinéma) en temps réel.  Pascale propose également des stages autour des Tuning Score.s .

 

En 2010  commence un projet de recherche avec Caroline Boillet appelé « STORE, une interface numérique autour des Tuning score ». Ce projet révèle les croisements entre théorie de la perception et acte de danser, entre organisation individuelle et invention collective, entre approche discursive et expérientielle.  Il documente l’état de performance et d’apprentissage en jeu dans la performance GO de Lisa Nelson et Scott Smith et invente des procèdes de documentation dont la forme, à découvrir, est cohérente avec l’objet de la recherche. En 2019 des résidences d’édition en studio sont mises en place pour constituer des publications et ainsi nourrir la création contemporaine d’une interface numérique dont le sujet est le Tuning score.

 

Afin de croiser les points de vue en danse des laboratoires autour de l’échange de pratique comme « Friendly », « Score et Improvisation » voient le jours et leur travaux sont publiés dans les revues Contact Quaterly et Contredanse. 

Parallèlement,  Pascale crée des spectacles et invente des partitions d'attention à interpréter .  « Synthonise », « Regards Croisés » ou « Wait Watcher » dialogue avec  l’architecture d’un musée, l’histoire d’un bâtiment ou encore l’approche sensorielle d’un coin de nature. 

« Mobile » se joue dans les théâtres et offre une expérience de points de vue nouvelles pour regarder la danse ; « Paysages Graphiques » invite a la contemplation, suspend le temps et construit une poétique de l'image autour de l'exploration de l'immobilité dans un corps vivant.  Ces performances ont étés soutenues par le conseil générale de la Drôme, par le ministère de la culture en Belgique, la SACD et trouve le soutien de  divers théâtres en France et en Europe. 

Former également à la CNV (communication non violente) et à ATB (Awarness Throught the Body), elle s’intéresse aux intelligences collectives, aux pédagogiques actives, à l’écologie relationnelle et à la gouvernance partagée. En prenant appuie sur ces nouvelles ressources et sur mon parcours de danseuse, Pascale mets en place divers projets pédagogiques qui sont proposés aux écoles , associations , compagnies et centres d’art.