PAYSAGES GRAPHIQUES (2002-2001) performance 50 minutes

PHOTOS


Paysages graphiques est une performance pour 4 meubles et trois danseurs d’une durée de 50 mn, comprenant une danse et une installation photo vidéo.

Dans cette pièce, la masse des danseurs est déversée sur le sol, sur un partenaire ou sur un support mobilier. Un dialogue se crée entre matière vivante et matière morte. Postures et figures, tailles et détails, immobilité et micro mouvements, textures et poids se mélangent et créent une multitude d’images appelées « paysages ». Avec lenteur, la pièce se construit à l'image d'un puzzle comme une juxtaposition de tableaux picturaux.

Dans Paysages graphique c'est l'immobilité qui danse, et le spectateur est invité à contempler toute la complexité, la puissance et la fragilité d’une sculpture humaine. Animés par une intention d’équilibre, les corps immobiles sans cesse construisent et déconstruisent des lignes de force, des perspectives et une imagerie.

Cette pièce a des règles similaires à celles d’un jeu de société. Elles permettent de voir la naissance des décisions du performer et ses choix en terme de temps, d'espace, d'action et de désir. Comme traversant lentement à pied un paysage, le spectateur fait l'expérience du déroulé instantané et constant de la composition.

Par contraste, le mobilier tiré du quotidien apparaît décalé et fertilise l'imaginaire.

Le musicien, non visible de l’audience, ponctue le silence de matières sonores.
Produits par divers instruments et objets, le son est joué acoustiquement ou amplifié et spatialisé. Il évoque la vie quotidienne dans un appartement, des environnements naturels peuplés d'étranges animaux, et parfois il est musical et mélodique.

Au commencement de la pièce, 7 espaces de lumière, 4 pièces de mobilier (canapé, bureau d’écoliers, fauteuil et hamac) et 3 danseurs occupent l’espace scénique. Les espaces lumineux sont indépendants les uns des autres. Éclairés en contre, de face, de près, de loin, de faible ou forte intensité, ils dessinent des cadres dans lesquels ou autour desquels naîtront les paysages graphiques.

En plus de la danse, cette pièce accueille une installation permanente faite d’une exposition photo noir et blanc de la performance et d’une installation vidéo, que le spectateur a la possibilité de visiter avant, après ou indépendamment de la performance.
PAYSAGES GRAPHIQUES tisse ainsi un lien entre les arts plastiques et chorégraphiques et se présente aussi bien dans les théâtres que dans les musées et autres lieux d’exposition.


Danse / Pablo Troccoli ou Franck Beaubois , Ula Korn ou Hillary Firsetone  et Pascale Gille
Mobilier / Canapé blanc, Fauteuil rouge, Bureau d'écolier noir, Hamac bleu
Création sonore / Jacques Foschia
Photographies / Raymond Mallentjier
Instalation-éclairage-scénographie /Michel Delvigne
Vidéo / Philippe Tolet  et Joelle Hipken

COPRODUCTIONS / RÉSIDENCES / PERFORMANCES

  • mai 2002 Festival Danse en Vol de L’L à la Chapelle de Boendael

  • avril 2002  Coproduction De Piano Fabriek, intervention pédagogique au lycée Chapal, performance lors des scènes croisées de Mende (F)

  • 2002 Subvention de la Communauté Française de Belgique, soutien de la SACD Programme « 1500h à danser »

  • septembre 2001 Coproduction théâtre du Balhaus de Berlin

  •  avril 2001 Coproduction théâtre L’L de Bruxelles